Parmi eux, le stade olympique Yves-du-Manoir se détache et accueille régulièrement le onze français jusqu’en 1972. Le Parc des Princes, alors rénové, prend le relais, il accueille presque cent-vingt matchs de la France. Les Finistériens eux, restent attachés à un autre numéro de maillot, le 29. Durant la période du mercato, un joueur le mettait en vedette et le faisait connaître aux Parisiens et au monde entier. On retrouve l’inscription « notre maillot, notre histoire, notre pays » dans l’encolure.