Le salaire des petites mains de la grosse boîte américaine oscille entre 180 et 250 euros mensuels pour un rythme infernal : l’ONG Clean Clothes explique la logique d’optimisation de la production qui implique une « réduction des minutes passées par ouvrier sur chaque maillot, automatisation et flux ultra-tendus ». Une grande partie des huit millions des très attendus maillots bleus sera donc produite en Thaïlande, avec ses quelques 30 usines et 37 000 ouvriers, temple de la production des articles les plus techniques à confectionner comme le maillot étoilé.